Les trois phases du pouvoir islamo-conservateur

02/11/2016

Par Ahmet Insel est un ancien professeur à l'Université Galatasaray, directeur éditorial des éditions Iletisim, chroniqeur au quotidien Cumhuriyet et auteur de La Nouvelle Turquie d'Erdogan (La Découverte, 2015)

Depuis 2002, la Turquie est dirigée par l'AKP (Parti de la justice et du développement) et par son leader charismatique et autoritaire, Recep Tayyip Erdogan. Ce parti, qui s'est déclaré conservateur (musulman)-démocrate au départ, a profondément modifié le pays. Au fil de l'exercice du pouvoir, les avancées sur le front de la démocratisation ont progressivement laissé place à un autoritarisme populiste et à une politique de réislamisation. Depuis quelques années, Tayyip Erdogan, le nouveau sultan républicain de la Turquie, veut mettre en place un régime présidentiel sans contre-pouvoir. En profitant de l'effet d'aubaine du coup d'Etat avorté, il conduit la Turquie vers une dictature plebiscitaire réligieuse et nationaliste qui s'alimente des profondes fractures athniques, religieuses et culturelles de la société turque qui est tiraillée entre perdre son identité socio-historique et volonté d'être dans le monde moderne.

Cliquez ici pour accéder au compte-rendu détaillé de la conférence.